# Gabriela, Paris.

Gabriela Atanasov at Paris fashion weekJe croise souvent la très belle Gabriela Atanasov à la fashion week de Paris. Elle a un look incroyable et pour cause, c’est elle qui créé ses vêtements! Je vous invite à découvrir l’eshop de sa marque SWEET PAPRIKA; une vraie mine d’or de superbes robes et autres vêtements originaux à inspiration rétro-chic.

# Carola, Paris.

Carola Bernard at Paris fashion weekCarola Bernard, acheteuse spécialisée en mode féminine, porte un pull tricoté par Stéphanie Caulier pour la marque I Love Mr Mittens et un pantalon Come for Breakfast.

# One day in Bhaktapur, Nepal.

On the street, Bhaktapur (Nepal)Fan. Je suis fan du Népal. Pas d’autre mot, je pourrais y retourner demain! Le peuple est adorable, les villes sont empruntes d’histoire et de tradition, les vacances sur place sont à très bas cout (logement, nourriture, transport, vêtements… tout est très abordable!) et le temps hors mousson est ensoleillé et doux (même chaud) dans la vallée de Katmandou. J’y suis allée deux fois ces deux dernières années; un mois en 2012 pour faire du volontariat et une petite semaine en mai dernier pour des vacances avec maman. Katmandou est une ville extrêmement polluée mais tellement de quartiers sont à voir! Une fois qu’on sort du très célèbre quartier touristique Thamel (je recommande ceci-dit de dormir là; guests house et restaurants à foison), on découvre la vraie vie de tous les jours de ses habitants.

Mais en dehors de la capitale, une ville me plait plus que tout: Bhaktapur. Une journée suffit pour en apprécier la beauté, mais attention au porte-monnaie, il faut payer pour y entrer (l’équivalent de 15 euros par personne quand même, je trouve ça hors de prix par rapport à tout le reste, surtout qu’il y a deux ans, c’était déjà l’équivalent de 11!) et il faut négocier à tous les commerces de souvenirs. Mais cette ancienne ville impériale vaut le détour. Après avoir demandé à plusieurs personnes sur l’ENORME parking de vieux bus à Katmandou près de Ratna Park lequel y allait, nous en avons enfin trouvé un. Pourquoi le bus? Pour l’aventure! Pas un touriste, immersion totale parmi les népalais. Et le coup: normalement c’est 45 roupies (45 centimes d’euros) alors que le taxi en demandera 900 à 1000 (9-10 euros). Autant à l’aller on trouve une place assise dans le bus, autant pour le retour, on peut opter pour le taxi car le seul bus en fin de journée est pris d’assaut par des dizaines de népalais; impossible d’espérer avoir une place assise, et pour 45 minutes de trajet sur des routes remplies de nids de poule et sans climatisation, le choix est vite fait. Bhaktapur a gardé une authenticité rare et surprenante. Les temples sont majestueux et les rues animées d’une ambiance colorée et très occupée. Les népalais s’affairent chaque jour dans leurs commerces ouverts sur la rue: coiffeurs, tisseurs, potiers, vendeurs de fruits, fabricants de bijoux… J’ai essayé de les photographier autant que j’ai pu car c’est ce qui me plait le plus. Pas beaucoup de photos de monuments ou paysages, ce que je vous propose ici, c’est la vie de la rue.

NB: Je ne paie jamais une personne pour la prendre en photo même si celle-ci demande, je préfère de loin lui acheter un collier ou un fruit, ou prendre la photo de plus loin sur le vif (sauf le sadhu, car il vit de dons).

NB2: Toutes mes photos du Népal (voyage 1 et 2), street styles, volontariat, scènes de rue sont ICI.

On the street, Bhaktapur (Nepal)On the street, Bhaktapur (Nepal)On the street, Bhaktapur (Nepal)On the street, Bhaktapur (Nepal)On the street, Bhaktapur (Nepal)On the street, Bhaktapur (Nepal)On the street, Bhaktapur (Nepal)On the street, Bhaktapur (Nepal)On the street, Bhaktapur (Nepal)On the street, Bhaktapur (Nepal)On the street, Bhaktapur (Nepal)On the street, Bhaktapur (Nepal)On the street, Bhaktapur (Nepal)

# Le Loir en Papillon, Paris.

Mickael-François Loir, Street style Paris« Enfant, Mickael-Francois Loir cueillait les papillons comme d’autres attrapent des fleurs. Initié par Grand-père Loir, c’est ensemble qu’ils fabriquèrent leurs premières épuisettes. Ainsi armés, l’enfant et le vieil homme partaient à la conquête du Paon du Jour dans les champs environnants. L’enfant a grandi, c’est le nœud qui papillonne désormais autour de son cou. Nouer son nœud, le choisir avec soin, en harmonie avec son costume : l’élégance a remplacé la chasse. Désormais, il souhaite faire de l’élégance une véritable œuvre d’art et associer la culture et l’art en réalisant des accessoires raffinés…  »

Et c’est ainsi que la marque Le Loir en Papillon vit le jour: nœuds papillon, pochettes, épingles à la boutonnière, boutons de manchette, écharpes… Des accessoires faits main dans son atelier parisien que je vous invite à découvrir en espérant qu’ils vous charment autant que je l’ai été.

Il porte ici une veste en lin du maître tailleur Scavini, des chaussures Bally, un panama Berteil et des accessoires de sa marque: épingle à la boutonnière, pochette, et nœud papillon.

# Emma, Paris.

Emma at Paris fashion weekEmma porte un manteau Maje, des bottes Outre Mesure, et une sacoche Zara.

# Ellie, London.

Ellie Connor-Phillips at London fashion weekLa jolie Ellie, jeune blogueuse londonienne, porte un top, une jupe et des chaussures Beyond Retro, et des collants H&M.

# On the street, Bhaktapur (Nepal).

on the street, Bhaktapur (nepal).

Ce n’est pas rare de croiser au Népal des enfants qui travaillent pour subvenir aux besoins de la famille. J’ai rencontré ce petit vendeur de barbe à papa à Bhaktapur, mais aussi un autre petit garçon qui travaillait dans une boutique de bijoux avec son grand frère. Ils m’ont dit aller à l’école parfois, et travailler le reste du temps.