J’ai toujours été fan de séries mais je me rends compte que mes goûts sont parfois atypiques ou alors loin des standards habituels. Quand je parle des séries que j’adore ou réponds à une demande de reco sur les réseaux sociaux, mes réponses n’ont jamais de réponses ou de likes.  Game of Thrones? Jamais regardé. Walking dead, Prison break, The Crown, Outlander, Suits? Nope. Juste d’autres goûts. Bon, je noircis le tableau car en vrai, je sais que tout n’est pas si bizarre ou inconnu au bataillon. Mais attention, certaines séries (pas toutes!) que je vais citer ne sont pas toutes jeunes, mais pour moi elles traversent le temps, et j’ai pris plaisir à en re-regarder certaines pendant ma grossesse et début de maternité.


I – POLICIER / ESPIONNAGE

THE BLACKLIST : LA série à regarder (et PAS en VF sur TF1). Le jeu d’acteur de James Spader est incroyable; rien que pour lui, la série mérite d’être commencée. On l’a débutée en 2016 lors de notre séjour à NYC avec JC après avoir vu une affiche dans le métro. On a immédiatement accroché, et je suis contente que nous soyons aussi fan l’un que l’autre. Le pitch? Un criminel (joué par Jame Spader donc) recherché par le FBI prend contact avec eux et selle un accord: il reste en liberté en échange de noms d’autres criminels sur sa black list. La série est très bien ficelée, on enchaine les rebondissements, on s’attache aux personnages dont on suit l’évolution chaque saison; en bref, je suis accroc! Et ce n’est pas une antiquité pour le coup, la saison 5 vient juste de se terminer (sur un rebondissement de folie). Vivement la 6e! (Sur Netflix).

LA CASA DE PAPEL : Énorme coup de cœur mais je ne vous apprends surement rien, je ne connais personne qui ne l’a pas regardé. Au début je n’avais pas compris l’enthousiasme autour et une fois qu’on commence, on est accroc. Et quand on parle un peu espagnol, c’est un gros plaisir de la voir en VO. C’est l’histoire d’un groupe de braqueurs qui organise le plus gros casse de l’histoire du casse dans la fabrique nationale de monnaie en Espagne. A l’extérieur, il en reste un, le mystérieux « professeur », qui, très malin tire les ficelles et manipule la police. J’ai vraiment adoré, les émotions des braqueurs et otages sont parfaitement réalistes, les retournements de situation sont nombreux, on reste en haleine. (Sur Netflix).

ALIAS : Ma série préférée de l’univers tout entier, créée par l’immense J.J. Abrams. Je crois que c’est la première que j’ai regardé, quand le streaming n’existait pas. J’étais au collège/lycée quand elle passait, et j’enregistrais les épisodes qui passaient le mercredi soir sur M6 avec un magnétoscope (j’avais prévenu que j’avais certains goûts vintage). Le casting est très bon, Jennifer Garner y excelle, et le picth est accrocheur. C’est l’histoire d’une espionne croyant travailler pour la CIA alors qu’il s’agit d’une organisation criminelle; elle devient alors agent double et son père est son allié. Pour grossièrement résumer, on a des espions, des voyages, des secrets, des trahisons, une histoire d’amour, des rebondissements, du suspense et une mystérieuse « prophétie » qui anime chaque saison… La série comporte 5 saisons. (Je pense l’avoir regardé en entier 4 ou 5 fois).

THE MENTALIST : Ok là je vais paraitre has-been mais j’assume. J’adore le mentaliste! Je regarde encore avec plaisir quand les épisodes passent de temps en temps à la télé. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai eu envie de la regarder, j’en avais marre que deux épisodes à la suite ne se suivent pas; car même si chaque épisode est une enquête à elle toute seule, c’est mieux de les regarder dans l’ordre car il y une intrigue de fond de taille. Donc je l’ai regardé en un mois je pense, car lorsque je l’ai commencé la dernière saison venait de sortir. Le beau Patrick Jane (Simon Baker) aide le CBI dans ses enquêtes depuis que son épouse et sa fille ont été assassinés par un tueur en série, son but étant de le retrouver et de le tuer à son tour; bon dit comme ça, ça parait glauque mais il est plein d’humour et nous charme avec ses « trucs » de mentaliste. Bref, j’ai adoré. Évidemment les premières saisons sont un peu vintage avec des détails technologiques obsolètes mais on passe outre. 7 saisons, série terminée en 2015. (Sur Netflix).

SHERLOCK : Il s’agit bien d’une série malgré le format extra long (pour notre plus grand plaisir) des épisodes: 90min chacun! Mais en contre partie il n’y en a que 3 par saison, et seulement 4 saisons + 1 épisode isolé. J’ai adoré cette version moderne de Sherlock (car oui ça se passe de nos jours!), surtout grâce duo incroyablement bon de Benedict Cumberbatch et Martin Freeman. On suit évidemment les enquêtes historiques écrites par Sir Arthur Conan Doyle mais revisitées au goût du jour. (Sur Netflix).

DEXTER : Tonight is the night. J’ai été accroc à cette série avec clairement des passages à retenir mon souffle. Dexter, le personnage principal a assisté au meurtre de sa mère quand il était petit et depuis il tue des tueurs en série. Comble de l’ironie, il travaille dans la scientifique chez les flics de Miami, sa sœur d’adoption est flic, et le seul qui était au courant de ses « pulsions » étaient son père adoptif, flic, décédé depuis; il doit donc gérer seul ses secrets. Chaque saison se concentre sur un gros serial killer. Certaines scènes sont dures, et pourtant on s’attache à Dexter et on suit en halène sa double vie pleine de secrets. 8 saisons au compteur, série terminée en 2013.


II – GIRLY

YOUNGER : Quelle fraicheur cette série! 10 épisodes courts (22min seulement) par saison et 5 saisons jusqu’à présent; elle a été créée par Darren Star aussi à l’origine de Sex and The City. J’ai découvert la série à l’automne dernier, j’ai regardé les 4 premières saisons en une semaine et attendu la 5e avec impatience six mois plus tard. La personnage principale, la quarantaine, divorcée, après avoir arrêté de travailler pour élever sa fille souhaite retrouver un travail à NY mais pas facile après une si longue pause. Elle ment alors sur son age et intègre une maison d’éditions. Humour, amour, amitié, soirées new-yorkaises… Le combo parfait et léger. Et le petit plus, dans la saison 4, on parle d’un nouveau livre dont l’histoire se base sur un des personnages principaux de la série, et tout le monde dans la maison d’édition n’en revient pas, notamment de la page 58; et bien figurez-vous, que dans le but de répondre encore un peu plus aux fans, le fameux livre a été écrit. Du coup, je l’ai commandé et dévoré, j’ai trouvé ça super d’en d’en lire plus sur des personnages clés (oui oui, je suis à FOND!).

THE BOLD TYPE : Découverte et commencée juste après la série citée ci-dessus, on est encore à NY mais les sujets sont beaucoup plus « profonds ». Trois amies travaillent dans la même rédaction d’un grand magazine féminin, chacune à un post différent, et elles nous font vivre leurs vies professionnelles et personnelles sans filtre, abordant de vrais sujets de société avec cet esprit girl power qu’on aime tant. Je pense que l’on pourrait se reconnaitre dans chacun des personnages. Deux saisons de 10 épisodes de 40 min pour le moment. J’ai littéralement adoré.

GOSSIP GIRL : Je viens de re-regarder la série, 10 ans après. Elle est pour moi une des meilleures regardées, surtout parce qu’elle est sortie au moment où j’étais en école de commerce et j’avais l’impression de vivre certaines choses similaires. Et je pense que c’est d’ailleurs cette série qui m’a poussée (comprendre motivée) à chercher et trouver un stage à NY; bon ma vie New-Yorkaise n’était pas du tout la même mais c’était marrant d’aller dans les mêmes endroits et croiser le même genre de nanas. Cette série m’a vraiment tenue en haleine tout le long (6 saisons!) jusqu’à la révélation de la personne se cachant derrière Gossip Girl. Du lycée à l’université, on suit l’évolution de ce groupe de jeunes de l’Upper East Side, avec aussi une famille de Brooklyn; amours, amitiés, trahisons, secrets, argent, fêtes, expériences… Et tout ça, dévoilé en quasi direct sur internet par une mystérieuse Gossip Girl. (Sur Netflix).

DESPERATE HOUSEWIVES : Alors là, je m’étonne moi-même de l’intégrer à ma liste et pourtant… J’avais clairement adoré les premières saisons quand la série venait de sortir et passait sur M6; encore une fois j’étais au lycée. Et puis après la 2e saison, j’ai décroché et je n’ai pas eu envie de la suivre à nouveau… Jusqu’à l’an dernier! En fin de grossesse et début de maternité, j’ai passé beaucoup de temps chez moi et je suis tombée un jour par hasard sur un épisode de Desperate Housewife qui passait sur W9, et je suis restée accrochée. J’ai donc repris la série là où je l’avais laissé et j’ai enchainé les épisodes jusqu’au dernier. J’ai adoré. Vraiment. Ces 4 mères de famille qui traversent la quarantaine, vivent leur vie de quartier avec ses secrets et voisins curieux… Ca change des autres thèmes de série et justement, ça fait du bien. 8 saisons tout de même !

ONE TREE HILL (Les Frères Scott) : Encore une série que je suivais au lycée et que j’ai retrouvé par hasard l’an dernier. Et franchement, c’était bien de traverser le lycée en voyant que c’était presque la même chose dans les séries. Loin de la jeunesse dorée de Gossip Girl, on se retrouve dans une petite ville avec des jeunes qui ont des problèmes (et de solutions) de jeunes de leur age. A travers 9 saisons, on suit l’évolution des personnages et on s’attache à eux. Je me rappelle à l’époque avoir été littéralement embarquée par les dessins de Peyton.

SEX AND THE CITY : 6 saisons entre 1998 et 2004 que j’ai eu le temps de ré-apprécier pendant mon année Erasmus avant la sortie des films éponymes. Et je suis d’ailleurs convaincue qu’on apprécie mille fois plus les films en ayant vu la série; on comprend alors toutes les références et l’histoire des personnages. Nous sommes encore à NYC, avec 4 trentenaires célibataires, dont chacune a une personnalité bien trempée, et on vit avec elles au cours des saisons leurs rencontres amoureuses et leur vie affairée de new-yorkaises. Carrie Bradshow, le personnage principal du show, est chroniqueuse pour le journal The New York Star et véritable addict à la mode et surtout aux chaussures; elle est la narratrice de la série. C’est léger et amusant, et la garde-robe de Carrie fait rêver (son appart aussi d’ailleurs dont j’avais été voir la porte d’entrée à New York comme une grande fan!).

GIRL BOSS : La série n’a fait qu’une saison et a reçu mauvaise critique mais moi j’ai bien aimé. Par curiosité, on peut la lancer; l’actrice est bonne, et le fond de l’histoire est tout de même intéressant car inspiré d’une vraie vie et d’un vrai succès. Qui est cette femme derrière le site de mode NastyGal? D’où est-elle partie et comment a-t-elle fait pour avoir l’idée qui changera sa vie? (Sur Netflix).

 


III – FICTION

STRANGER THINGS : Une révélation cette série! J’ai commencé à la sortie de la 2e saison à l’automne dernier car TOUT le monde en parlait sur les réseaux sociaux. Et j’ai direct accroché! Bon le premier 1/4 d’heure du 1er épisode de la saison 1 fait un peu flipper, donc je me suis dit que ce n’était pas possible pour moi qui suis une trouillarde et déteste les films d’horreur, et en fait j’ai fini l’épisode et j’ai enchainé sur un autre puis un autre. La particularité? Les personnages principaux sont des enfants! Dès le premier épisode, l’un d’eux disparait et ses copains vont le rechercher coute que coute, découvrant ainsi que quelque chose ne tourne pas rond dans leur ville… En plus du côté science-fiction assez réel, on s’attache à ces enfants et à leurs histoires d’amitié. Et cela se passe dans les années 80! Bref, énorme coup de cœur, vivement la saison 3! (Sur Netflix).

COLONY : TF1 en faisait des tonnes l’an dernier pour annoncer la sortie de cette série sur leur chaine, mais ça a fait un flop. Il n’empêche qu’on a regardé avec JC, et qu’on a bien accroché; on a enchainé les 2 premières saisons d’un coup! On a attendu la saison 3 et on était pris tout de suite dedans avec son lot de nouvelles révélations et d’accélération de l’invasion. L’histoire? La terre est colonisée par une puissance extra-terrestre, réglementant chaque ville; certains collaborent, d’autres montent une résistance et au milieu, il y a la population qui se plie aux nouvelles règles. Nous sommes à Los Angeles et on suit une famille, les 2 parents et leurs trois enfants dont un a disparu après « l’arrivée ». Un seul mot d’ordre: survivre et rester réunis. Lui (le maxi BG Josh Holloway) va coopérer, elle va résister. Mais les choses empirent du jour au lendemain et il faut fuir. Plein de questions avec une en priorité: que veulent ces extra-terrestres? Une question sans réponse, le show s’arrête à la fin de la saison 3 par manque d’intérêt du public. (Sur Netflix).

LOST : Encore une série par J.J. Abrams. Au cours des 6 saisons, on suit les survivants d’un vol s’étant crashé sur une île où il se passe des trucs très étranges… Des bâtiments ensevelis, des bruits bizarres, un monstre rodant, et aucun secours… En plus de suivre la découverte des mystères de l’ile, on découvre surtout les personnages; qui ils sont ou étaient dans leur vie d’avant, qui prendra le lead et pourquoi…. Au final, contre qui doit-on se battre: un monstre rodant ou ses propres démons? C’est là toute la morale de la série dont j’attendais le final avec impatience afin d’avoir des réponses sur cette île mystérieuse. Je m’en rappelle encore, j’étais à fond dans ma chambre d’étudiante à Bristol lors de mon année erasmus. Mais vous savez quoi? RIEN! Les auteurs n’ont rien lâché, on est resté sur notre fin. Mais la série vaut le coup, elle est vraiment incroyable. Par contre, il vaut mieux éviter de s’attacher aux personnages, vous devinez pourquoi.


IV – SITCOM AMERICAINES

(Cette partie ne nécessite, en théorie, aucune présentation tellement ces choix sont cultissimes, mais on ne sait jamais si une génération décalée n’y connait rien)

HOW I MET YOUR MOTHER : Il a fallu suivre 9 saisons pour découvrir qui était la maman des enfants de Ted et puis le dernier épisode a été hyper émouvant (du mois moi j’étais émue!). Quels fou-rires et répliques cultes durant tous ces épisodes! Encore une bande de potes à NYC mais cette fois des adultes, et donc des sujets un peu plus « sérieux », et encore, l’ironie (et l’absurde parfois) est tellement présente que l’on pourrait avoir du mal à s’identifier. En bref: léger et drôle. (Sur Netflix).

TWO AND A HALF MEN : C’est l’histoire de deux frères, l’un est riche et à une belle villa à Malibu, l’autre est un looser fauché qui cherche toujours à profiter des autres afin de ne pas dépenser un centime. Quand ce dernier se retrouve divorcé et à la porte, il s’installe avec son fils, chez son frère célibataire plus intéressé par la fête et les femmes que par les liens de famille, mais l’attachement pour son neveu est tel que les 2 frères décident alors de faire au mieux. A partir de la saison 9, l’oncle Charlie n’est plus et c’est un milliardaire (interprété par Ashton Kutcher) qui s’installe dans la maison. Franchement la série est très dôle. Et je crois que je préfère les personnages satélites, commer la voisine creeepy ou encore la femme de ménage. 12 saisons.

FRIENDS : Rien qu’à voir les coiffures et le stylisme des années 90 des premières saisons, on pourrait prendre peur, et pourtant, la série est indémodable et passe encore de temps en temps. Des amitiés, des amours, et une bande de 6 amis qui traversent tout ensemble. En fait, c’est juste l’ancêtre de How I met your mother. Et moi, ça me rappelle mes après-midi d’incruste avec mes cousines plus âgées qui regardaient la série, je ne comprenais à l’époque pas grand chose, mais je donnais l’impression pour passer du temps avec elles. (Sur Netflix).

THE BIG BANG THEORY : 12 saisons et pas une ride. On connait désormais tout ou presque à la physique quantique et sur les relations humaines codifiées ou improvisées d’une bande d’amis. Le côté nerd y est pleinement exploité mais la moquerie est mignonne. Beaucoup de rires et des personnages attachants ; on ne présente plus Sheldon Cooper ou encore Penny.

 


V – MEDICAL

THE GOOD DOCTOR : Je suis littéralement fan. C’est l’histoire d’un jeune interne, Dr Shaun Murphy, arrivant dans un prestigieux hôpital de San Jose en Californie. Sa particularité? Il est autiste mais également porteur du syndrome du savant. Brillant en médecine mais mal à l’aise dans les contacts humains, parfois même mis à l’écart, on suit son internat et sa vie, mais également la vie du service avec d’un coté ceux qui le soutiennent et de l’autre ceux qui attendent une erreur de sa part. Ce que j’aime aussi, dans cette série en plus de la grande leçon d’humanité sur les personnes différentes, c’est qu’elle traite de sujets sérieux à travers les cas médicaux: l’arrivée de la maladie dans une famille, l’excision, l’écoute entre différents membres d’une famille, les prises de décision parfois douloureuses, l’anorexie, etc. 2e saison en cours.

SCRUBS : Rien à voir avec la série précédente, j’aurais pu placer cette série dans la catégorie sitcom car ce sont des épisodes d’une vingtaine de minutes. Ça se passe dans un hôpital, les personnages principaux sont des médecins, et on rit beaucoup tant les relations entre personnages sont électriques (évidemment mes préférés sont Dr Cox et JD)! La série a plus de 10 ans, mais n’a pas vraiment vieilli. 9 saisons.

 


VI – CÔTÉ FRANÇAIS

DIX POUR CENT : Gros coup de coeur sur France 2! La vie d’agents d’acteurs à Paris avec des vrais acteurs qui jouent leur rôle et quel casting! Norman, Julien Doré, Virginie Efira, Joey Star, Isabelle Adjani, Juliette Binoche, Fabrice Luchini, Jean Dujardin, etc… On suit les agents (interprétés par Camille Cotin, Thibault de Montalembert, Gregory Montel, et Liliane Rovère) dans leur vie professionnelle mais aussi personnelle parfois chaotique. La 3e saison est en ce moment! C’est bon, c’est réaliste, c’est parfois drôle, c’est plein de rebondissements. Bref, une série à regarder sans hésiter! Mais ça passe vite, seulement 6 épisodes par saison. (Sur Netflix).

QUADRAS : Il n’y a qu’une saison (passée sur M6 l’an dernier) et elle se regarde avec un certain suspense. La saison entière se déroule au mariage des personnages principaux et une annonce de la mariée va tout chambouler. Chaque épisode se concentre sur un personnage clé, et plus on avance dans les épisodes, plus la fête prend une tournure étrange avec des tensions et des suspicions, le tout avec des flash backs d’avant la fête. J’ai beaucoup aimé, on est pris tout de suite, et ce type de format (1 épisode/1 personnage) est très intéressant; et surtout dès le 1er épisode, j’avais envie de savoir la fin!

LA VIE DEVANT ELLES : Énorme coup de cœur pour cette série France TV! 2 saisons de 6 épisodes chacune (2015 et 2017). Nous sommes dans le bassin minier du Nord dans les années 70; trois jeunes femmes se retrouvent orphelines suite à un coup de grisou dans la mine emportant leurs pères: le procès, la recherche de réponses, la découverte de secrets, l’amitié, des amours naissants, des révoltes… Stephane Caillard, Alma Jodorowsky et Lily-Fleur Pointeaux crèvent l’écran, sans parler des décors, et stylisme. Wow.

AU SERVICE DE LA FRANCE : Un remake d’OSS 117 en version série et ça tombe bien, elle a été créée par Jean-François Halin scénariste des OSS. Même fond d’humour donc, mais cette fois on est dans la France des années 60, alors que les colonies réclament tour à tour leur indépendance. On découvre à travers les pas de la jeune recrue des services secrets français, André Merleaux (brillamment interprété par Hugo Becker), des fonctionnaires plus à cheval sur les horaires de bureau, les formulaires à tamponner ou encore les notes de frais que sur les affaires internationales. Les incidents diplomatiques sont donc nombreux mais toujours tournés dans l’ironie, à en se demander si la France était vraiment comme ça à l’époque. 2 saisons d’épisodes courts de 25min. (Série Arte, sur Netflix).