Cela fait 3 ans que j’ai changé d’alimentation. Du jour au lendemain. J’en ai déjà parlé brièvement dans mes articles sur le changement de consommation (ici) et mon corps fluet (ici), et ne vais pas donc refaire le speech, mais pour expliquer ce changement soudain, il y a eu des problèmes de santé soudains. Et après des mois de maux d’estomac ne guérissant pas avec des médicaments, une flore défoncé par le traitement antibiotique contre la charmante bactérie Helicobacter Pylori, on m’a parlé d’un naturopathe à Paris. Sans vraiment trop imaginer à quoi je devais m’attendre, je peux affirmer avec du recul que ce rendez-vous a changé ma vie. Et pourtant sur le coup, ce fut radical et dur à encaisser: mes maux résultaient tout simplement d’un énorme n’importe quoi au niveau de mon alimentation avec des produits industriels à gogo, des céréales blanches et surtout pas assez de fruits ni de légumes. J’étais soit dans le déni, soit dans dans l’ignorance, ou plutôt un peu des deux. Du coup :

Arrêt total des produits laitiers à base de lait de vache (PLV), sodas, café, viande rouge, viennoiseries, produits industriels en tout genre. Bonjour fruits le matin, légumineuses, céréales complètes, légumes crus et cuits à la vapeur, oeuf à la coque, huiles vierges, super-aliments et infusions. Et si on peut consommer bio, c’est encore mieux.

Je suis sortie de mon rendez-vous d’une heure avec une feuille recto-verso de consignes et recommandations et suis allée pour la première fois dans une épicerie bio faire mes courses. J’étais tellement désespérée par mes maux que j’étais évidemment prête à changer du jour au lendemain mes habitudes; et le naturopathe m’avait garanti que ça irait mieux, que je devais arrêter mes médicaments anti-acidité et lui faire confiance. Le changement du tout au tout, n’est pas évident pour l’esprit – car il faut arrêter des choses que l’on aime et mange fréquemment et que l’on prépare en 5min – le corps, lui s’adapte et assimile le changement en quelques semaines. Et je m’en suis vite aperçu. En 3 semaines, je n’avais plus rien à l’estomac! J’ai vite compris que les PLV étaient terribles pour la santé, acidifiants et responsables de nombreux maux du système digestif et autres; le naturopathe m’avait prévenu « une fois les PLV arrêtés, vous aurez moins mal à l’estomac » et ce fut vrai. Concernant l’arrêt de la viande rouge, j’avoue que je l’ai d’abord fait pour ma santé, puis il y a eu beaucoup d’images choc en abattoirs et j’étais soulagée d’avoir arrêté; j’ai donc d’abord arrêté la rouge, puis la blanche quelques temps après. Entre temps est sortie une étude sur le potentiel cancérogène de la viande rouge (article du Monde ici), me confortant encore plus dans ce choix.

A partir de là j’ai commencé à m’intéresser à l’alimentation saine, j’ai lu des livres, découvert tout plein de choses qui m’ont fascinées ou révoltées, et ai changé petit à petit d’autres aspects de ma consommation comme j’en faisais part dans un article dédié. Ce que j’ai appris aussi, c’est que l’environnement au sens large du terme (pollution, stress, pesticides, produits cosmétiques, etc) en plus de la malbouffe, déséquilibre notre intérieur et nous voilà chargés de toxines qui s’accumulent et dérèglent le bon fonctionnement de nos cellules. Mais l’espoir ici, c’est qu’une alimentation saine et suivant ces principes permettraient de maitriser certaines maladies du système digestif, mais aussi le diabète, l’hypertension, le taux de cholestérol, et des plus graves encore. NB: en aucun cas je ne prône « le manger de tout en quantité raisonnable », non, cette phrase m’insupporte d’ailleurs, il s’agit en fait de bonnes associations, de type de cuisson et de rééquilibrage. Je n’aborderai pas ici les notations d’allergies ou d’intolérances alimentaires car n’en suis pas concernée.


* MES LIVRES PRÉFÉRÉS *

J’ai donc commencé à lire des livres dédiés à l’alimentation saine et à la santé par l’alimentation (liste non-exhaustive). Ce fut ma principale source d’informations, avec des articles de presse, et quelques reportages dont je mets des liens en bas de l’article.
La Méthode France Guillain m’a été recommandée par mon kiné. C’est ma bible, et France Guillain est ma papesse santé. Son livre est hyper intéressant avec de vrais bons conseils santé. Elle traite de l’alimentation dans sa partie la plus importante et d’autres aspects santé dans le reste du livre (dont je ne parlerai pas ici). Sa partie sur l’alimentation est complète, on y apprend quels aliments font quoi, comment les associer, comment équilibrer ses repas avec sa définition du Miam-0-5 et évidemment sa recette phare du Miam-O-Fruits. Et elle s’adresse à tout le monde: petits et grands, gros ou maigres, en bonne santé ou malades. J’ai aussi acheté ses deux petits livres sur le Miam-O-Fruits et le Miam-O-5 avec ce dernier qui comporte d’ailleurs plein de recettes. 19,90€, éditions du Rocher. (Je me suis aussi abonnée à sa page FB, elle partage ses dates de conférences, articles de presse et témoignages de guérison).
– J’ai également adoré Une pharmacie dans la cuisine, écrit avec humour par Lina Nertby Mia Clase; je l’ai lu en 2 soirs. On y apprend ce qu’est l’état inflammatoire et comment le combattre. Par contre, la méthode est beaucoup plus dure que celle de France Guillain. Je recommande ceci-dit la lecture de ce livre car certains fondamentaux de la bonne alimentation sont expliqués de façon claire. Le livre est joliment illustré de belles photos en plus avec quelques recettes. La théorie vs la pratique. 17,95€, éditions Hachette.
Le Charme discret de l’intestin est à lire également! Pourquoi et comment cet organe est au centre de notre santé? Pourquoi l’alimentation peut jouer un rôle sur l’évolution de maladie? Les réponses dans le livre. En plus l’auteur a de l’humour donc on est un peu décomplexé de lire un livre sur un organe un peu tabou. Et le livre est un best seller! 21,80€, éditions Actes Sud.
Green Life de ma copine blogueuse Victoria Arias (Mango&Salt) est super. Elle n’y parle pas qu’alimentation mais en grande partie si. Ce que j’aime? Déjà le livre est beau et clair. Elle y donne des « astuces pour gagner du temps » et c’est précieux car si les gens mangent industriel c’est surtout parce qu’ils n’ont pas le temps de faire autrement. Ses recettes sont bien expliquées et donnent très envie. Et surtout le message est positif tout le long: « faites au mieux sans culpabiliser ». 16,95€, éditions Larousse.
– Dans le même genre, Laury Thilleman, ancienne miss France, a sorti récemment son livre Au Top. Elle y parle sport, bien-être et alimentation, donne ses astuces naturelles, ses recettes phares et liste ses super-aliments. D’ailleurs on a parfois les mêmes! J’adore la suivre sur les réseaux car elle a une attitude ultra positive tout le temps et sensibilise à l’écologie en ramassant les déchets par exemple lors de ses runnings. 19,95€, éditions Tana.
– J’ai acheté le Guide Nutritionnel Vegan à sa sortie pour plusieurs raisons: en apprendre plus sur les protéines végétales et leur richesse, voir plus de possibilités de s’alimenter à certains repas sans protéines animales, et voir la composition des aliments et ce qu’ils apportent en nutriments grâce aux tableaux complets que comportent ce livre. 6,50€, éditions la plage.
– Le livre Mes petites recettes magiques aux protéines végétales est aussi complet sur l’explication des légumineuses – il est vrai qu’elles sont un peu les oubliées de nos habitudes d’alimentation je trouve – et surtout comporte plein plein de recettes. 6€, éditions poche Leduc.s.
– Le livre Les aliments qui guérissent (de Sophie Lacoste, 7,50€ éditions Poche Leduc.s) ou encore Se soigner par les légumes, les fruits et les céréales (du Dr Valnet, 7,10€, éditions le Livre de Poche) sont intéressants car ils listent les aliments à privilégier pour tels maux et en parallèle donnent aussi les propriétés diverses des aliments. On découvre d’ailleurs les propriétés surprenantes de certains fruits ou légumes que l’on mange régulièrement, c’est plutôt fascinant.
– Pourquoi donc est-ce que je conclue cette liste par la Bible anti-perturbateurs endocriniens? C’est le dernier livre que j’ai acheté, au printemps. Je suis affolée de voir qu’il y a des PE partout, genre vraiment. Il y a quelques pages sur la cuisine, les ustensiles de cuisine, et les aliments. Donc en résumé, il faut privilégier l’inox, la fonte, la céramique et le verre, la cuisson vapeur et le bio afin d’avaler le moins de pesticides et donc le moins de perturbateurs endocriniens. 20€, éditions Leduc.s Pratique


* Le BIO *

Le bio fait débat et donc je veux en parler ici: « le bio coute plus cher et je n’ai pas les moyens », « je ne crois pas au bio si le champ du voisin n’est pas bio », « on n’a pas la preuve que les pesticides contenus dans les légumes sont mauvais pour la santé », « le bio c’est pour les bobos ». Ok trop de mauvaises excuses et de clichés. Oui les pesticides sont mauvais pour la santé: celle des agriculteurs déjà, de ceux qui vivent près des zones d’épandage (ça me dégoute rien que d’y penser!), de la notre qui consommons des fruits et légumes qui en contiennent. Des petites doses + des petites doses: cancer, infertilité, malformation, etc. Les légumes et fruits bios sont d’ailleurs plus riches nutritivement parlant. Mais évidement tout est flou et contredit par les firmes à coup d’enquêtes et études commandés par ces mêmes firmes à des « scientifiques » corrompus (vaut aussi pour les industries agroalimentaires au sens large, cf les reportages sur le sucre tout en bas); ça s’appelle du lobbying. Concernant son prix, le bio en vrac ne coute pas vraiment plus cher dans les magasins bio, par contre il coute un blinde en grande surface classique dans le rayon bio et emballé sous plastique. Quand on achète moins de produits industriels et plus de produits bruts et bio, sérieusement votre panier ne vous revient pas plus cher, je le dis par expérience, à Paris je ne paye pas plus cher mes courses maintenant par rapport à avant. L’idéal est de trouver des épiceries bio où on vend les fruits/légumes au poids (par exemple le kiwi bio au kilo reviendra moins cher que le kiwi conventionnel à la pièce). Ensuite, personnellement je préfère donner mon argent à un agriculteur qui fait du bio plutôt que son voisin agriculteur conventionnel qui tue les sols et la faune de campagne. Et d’ailleurs, les abeilles qui meurent en très grand nombre, les oiseaux qui disparaissent, les insectes de terre qui ont pour rôle d’aérer les sols et qui disparaissent aussi… résultent d’une agriculture conventionnelle intensive. Tout ça, on peut le changer en changement notre manière de consommer. Et pour finir mon argumentaire, je partage cette phrase issue du bouquin sur les perturbateurs endocriniens cités plus haut « Le soutien aux agriculteurs bio coute 28 fois moins cher que la dépollution de l’eau liée aux pratiques agricoles polluantes. Le coût annuel de dépollution de l’eau liée à l’agriculture et à l’élevage (nitrate et pesticides) serait supérieur à 54 milliards d’euros par an »; je vous laisse deviner qui paye.


* CONCRÈTEMENT *

PETIT DEJEUNER
J’ai troqué mes tartines de brioche industrielle ensevelie sous 3 tonnes de pâte à tartiner pour des fruits frais et crus. Je mange des fruits en salade chaque matin depuis 3 ans. Depuis que j’ai lu la méthode France Guillain, je fais de temps en temps le Miam-O-Fruits à la lettre, sinon une réadaptation à ma manière. C’est grâce à elle que j’ai appris qu’il fallait écraser la banane et la mélanger à 2 c-à-s d’huile de colza. Elle recommande de presser ensuite un citron et d’y mélanger des graines de sésame et lin moulues avant de rajouter les fruits, mais j’avoue que c’est là que je coince souvent. Je fais la base de banane écrasée – huile de colza, puis j’y mets de 3 à 5 fruits frais bio lavés et coupés, j’y rajoute pollen sec, graines oléagineuses et fruits à coques pour l’apport en fer, calcium, et acides gras insaturés qui protègent notamment le système cardio-vasculaire (graines de courge, graines de chia, noix, noix de cajou, amandes) selon ce que j’ai dans mes bocaux, et un peu de cannelle en poudre pour finir. Ce conseil de la cannelle je le tiens de mon naturopathe mais France Guillain vous dirait qu’il ne faut pas en mettre! En effet, si on met du citron, pas besoin de cannelle mais comme je ne mets pas de citron… Vous avez compris. Mais pas de fruits secs, ni d’orange/clémentine ou encore du melon; par contre, on les mange en dehors des repas. On en est à 10-15 min de préparation mais le goût est juste waouh! Et puis l’avantage c’est que les fruits n’étant pas les mêmes en fonction des saisons, on ne se lasse pas, les saveurs changent (j’adore les fruits d’été mais ceux d’automne sont aussi à tomber, le kaki a été une révélation pour moi!). Mais ça cale bien ça? Alors au début quand on passe des tartines à la salade de fruits, évidemment on a l’impression d’avoir faim vite. Petit remède: des amandes à grignoter en milieu de matinée ou des fruits secs, là on peut! Et puis au fur et à mesure, cette sensation de ne pas être calée disparait, et on tient super bien jusqu’au déjeuner. Et puis hop, dès le petit déjeuner on a rempli le quota minimum de fruits par jour.

En résumé pour un véritable Miam-O-Fruits, nous avons une demi-banane écrasée en base mélangée à de l’huile de colza. La banane est un fruit riche en potassium et protéines végétales; on l’écrase afin qu’elle s’oxyde et soit plus digeste. L’huile de colza est riche en omégas 3 et 6 et sert à faire passer lentement le sucre des fruits dans le sang. Les graines de lin et sésame broyées apportent omégas 3 et calcium. Le jus de citron pour faire fonctionner au mieux le rôle de l’huile une fois dans l’estomac. Des fruits frais pour son lot de vitamines, anti-oxydants. Mais vous l’avez compris, je ne suis pas exactement cette recette à chaque fois mais ce qui importe est d’en comprendre le principe. Je vous laisse acheter son livre pour avoir la recette exacte et comprendre pourquoi elle est géniale et utile.

DEJEUNER ET DINER
Pour les déjeuners et diners, je suis plutôt assidue du Miam-O-5. Selon France Guillain, un repas doit être composé de 5 types d’aliments: une céréale, une protéine animale, une légumineuse, une huile vierge, un légume. Alors évidemment cela ne s’adresse pas aux vegans mais je suis sure qu’un « Miam-O-4 » (j’invente ce terme en oubliant la protéine animale) peut faire l’affaire! Personnellement, je ne mange pas de viande (je suis donc souvent aux 4 sur 5 aussi). Je mange ceci-dit du fromage de chèvre ou brebis, des yaourts de brebis de temps en temps, des œufs plutôt souvent, et un peu de poisson de temps en temps (2-3 fois par mois, au restaurant ou une boite de sardines à l’huile à la maison).
– 1 céréale (une seule! le pain compte pour une, donc si on mange des pâtes ou du riz, on ne mange pas de pain). Au choix donc: quinoa, pâtes, riz, millet, semoule, pain, boulghour, sarrasin, polenta… La pomme de terre compte aussi dans cette catégorie. Et surtout on choisit des céréales complètes quand c’est possible (pâtes complètes ou intégrales, riz complet, pain complet). Pourquoi des céréales complètes? Indice glycémique plus bas que les farines blanches, plus assimilables, tiennent mieux au corps, plus riches en vitamines et minéraux. Pour les accrocs au pain, oubliez la baguette blanche ou les pains de supermarché bourrés de sucre, privilégiez pain complet, pain aux céréales, pain de seigle, au sarrasin ou à l’épeautre.
– 1 protéine animale: une seule aussi par repas. Donc pas de fromage ou yaourt à la fin du repas si on a mangé des œufs (d’ailleurs la meilleure cuisson pour un œuf est à la coque); pas de viande si on a mangé des fruits de mer en entrée, etc. Pourquoi une seule protéine animale? Parce qu’à plusieurs elles s’empêchent de se digérer correctement et se dégradent sans nous fournir leur bonnes propriétés. Et une autre bonne excuse, le porte monnaie s’en sort mieux.
– 1 légumineuse (une seule aussi! et une cuiller à soupe par personne suffit): haricots, lentilles, azukis, pois cassés, pois chiches… Astuces: on peut penser aux pâtes de lentilles corail à mélanger avec des pâtes normales, ou encore occasionnellement aux haricots en conserve si on a la flemme de les faire tremper+cuire mais l’idéal est de prendre ce temps 2 fois par an et de surgeler. NB: certaines légumineuses s’associent parfaitement avec des céréales pour une meilleur absorption des nutriments: c’est le cas du riz et des lentilles corail par exemple. Les légumineuses sont si importantes, ne les négligeons pas: indispensables aux os, muscles et cerveau, reculent le sucre, le cholestérol et les graisses.
– 1 huile vierge (pression à froid): l’huile d’olive c’est parfait vu qu’on utilise déjà de l’huile de colza le matin; l’huile d’olive est un produit très riche en nutriments et bien-faits, elle sera parfaite à la place d’un morceau de beurre dans son plat!
– 1 légume MINIMUM. L’idéal c’est même de commencer son repas par une crudité. France Guillain pousse d’ailleurs à manger beaucoup de cru. Donc une petite salade de crudité en entrée avec vinaigre de cidre, huile de noix ou olive et curcuma en poudre, puis le plat principal avec pourquoi pas des légumes vapeur, la cuisson vapeur conservant le mieux les nutriments du légume.

Ajoutons à cela de l’eau et pas de dessert. Et on mastique. Je crois qu’elle le répète une dizaine de fois: la mastication c’est la santé. Inutile donc de manger vite, et cela tombe bien pour moi car je suis genre HYPER lente. Avec une bonne mastication, on sort de table léger et on digère bien. Ce que j’aime avec cette méthode c’est qu’on peut y mettre tout sans se priver réellement, il s’agit seulement d’une question d’équilibrage. Comme France Guillain le dit dans son livre « le Miam-O-5 peut se composer d’une belle salade verte (légume + huile), une tranche de pain complet (céréale), une cuiller à soupe de houmous (légumineuse), et d’un oeuf à la coque (protéine animale) ». Cela peut aussi être une pizza végétarienne avec une salade par exemple ou une paella.

Autre faits: je ne sale jamais (l’alimentation contient déjà suffisamment de sel), je ne bois jamais d’alcool (j’en buvais, j’ai eu mes problèmes d’estomac, j’ai arrêté), je bois une tisane chaque matin, ne mange plus de dessert mais mange un gouter sucré (eh oui je suis gourmande malgré tout). Je ne vais jamais au fast-food mais pas non plus au restaurant bio, c’est mon lacher prise! OUI au 100% bio à la maison mais je suis moins regardante sur l’extérieur.
Au début de ma « transition », j’avais tendance à acheter des produits industriels véggie ou vegan dans mon magasin bio et en fait je me suis rendue compte: que ça restait des produits industriels plein de cochonneries et de sel et de sucre, que ça coute une blinde, qu’il y a toujours des emballages plastiques dont la planète se passerait. On va dire que j’achète désormais à 90% brut, et que certains produits sont industriels: ma sauce tomate, un petit paquet de biscuit au cas où, et des pâtes complètes bien sûr. Si vraiment je dois acheter un truc industriel, je dégaine tout de suite mon portable et l’application YUKA (vous connaissez?) pour scanner le code-barre et me dire si le produit est bon ou pas pour la santé. On a parfois des surprises, bonnes comme mauvaises! Ah toutes ces marques qui se foutent bien de notre gueule!
Et pour faire suite à cela, j’aimerais clôturer ce paragraphe ce paragraphe par la page du livre de France Guillain consacrée au classement des aliments: ceux qui régénèrent les cellules, ceux qui les activent, ceux qui les maintiennent et ceux qui favorisent leur dégénérescence. Je vous donne juste des extraits de cette dernière catégorie, attention les yeux: « la quasi-totalité des rayons de desserts des grandes surfaces, des rayons entiers de friandises, barres chocolatées, viennoiseries, chips, plats cuisinés ou surgelés, glaces, boissons sucrées… ». A bon entendeur!


* MES SUPER ALIMENTS *

  • Pollen: en cure ou quotidiennement. Personnellement c’est tous les matins, 2 c-à-s sur ma salade de fruits. Il renforce les défenses immunitaires, réduit la fatigue, aide à la digestion en favorisant la bonne absorption des nutriments et l’élimination des toxines. Une dizaine d’euros le pot.
  • Miel : quand j’ai mal à la gorge, une cuillère de miel et ça va beaucoup mieux! Vous saviez qu’on peut aussi en mettre sur des plaies externes? Par contre, il ne faut pas qu’il soit chauffer, donc ne le mettez pas dans un tisane chaude, il deviendrait inutile.
  • Aloe Vera: je fais une cure une à deux fois par an quand je sens que je digère moins bien, parfois lors d’un changement de saison. Cela aide a détoxifier les organes vitaux surchargés (foie, reins), apaise les maux d’estomac (autant dire qu’en cas de gastrite, foncez!), aide a retrouver un transit correct, et redonne de l’énergie. Il hydrate également et favorise la régénération cellulaire. Je le recommande dès qu’on me parle de « ballonnements depuis plusieurs jours » ou encore en cas de maux d’estomac durables. En gel ou en jus, une vingtaine d’euros la bouteille en magasin bio.
  • Probiotiques: une cure de temps en temps (ou après une prise d’antibiotiques) pour redonner un coup de pouce au rééquilibrage de la flore intestinale. Demandez conseils au pharmacien ou médecin, car tous les probiotiques ne se valent pas.
  • Curcuma: épice magique que l’on doit tous avoir chez soit. C’est hyper facile d’en rajouter dans ses salades en plus. Fort pouvoir anti-oxydant et anti-inflammatoire.
  • Cannelle : je vous l’ai dit j’en saupoudre chaque matin sur ma salade de fruits. C’est un booster digestif! D’ailleurs c’est mon naturopathe qui me l’avait conseillé sur ma salade de fruits, afin aussi de soulager mon estomac fragile car elle régule l’acidité gastrique. On peut aussi l’utiliser en cas de nausées ou vomissements.
  • Germalyne: je pense que cela m’a un peu sauvé quand j’étais au plus mal il y a 4 ans mais j’en ai toujours une boite depuis à la maison. Il s’agit de germes de blé moulu, riche en minéraux (fer, phosphore, manganèse, zinc, magnésium, vitamines, etc). C’est sous forme de poudre que l’on peut mettre dans ses salades, repas divers, soupes, etc… Fait par des moines et ne coute pas grand chose (ici).
  • Fer Solgar (gentle iron fer doux) pour ceux qui en manquent. J’avoue que depuis ma grossesse et avec mon allaitement long (j’en suis à 13 mois), mes réserves ont bien chuté. J’ai enfin trouvé un complément en fer qui marche bien et ne provoque pas d’effets secondaires. Naturel, assimilable, et pas tord-boyau ! Recommandé pendant la grossesse et l’allaitement. Et a coupler avec une prise de vitamines C (je prends de l’Acerola 500 plus qui marche très bien) pour que ça remonte en flèche! Une petite carence en fer peut être à l’origine de fatigue, faites vous contrôler à l’occasion.
  • B12 Solgar: la B12? Ce complément pour les végans? Oui mais pas que. En fait la B12 est indispensable à notre bonne santé. On en trouve dans les protéines animales surtout mais sachez qu’aujourd’hui, les animaux d’élevage en sont eux même supplémentés. Donc avant de dire que les vegans sont carencés, sachez que vous le seriez aussi si on n’en donnait pas aux animaux. Moi j’en prends car je ne la fixe plus depuis que j’ai eu ces problèmes d’estomac; je soupçonne un médicament anti-acidité d’avoir un peu foutu le bordel dans le processus d’absorption des nutriments. Je ne vois que ça car je mange des oeufs, et normalement l’apport devrait être suffisant mais non. Chez Solgar car elle me semble la plus naturelle mais je ne suis plus remboursée (j’en avais en ampoule remboursée par la sécu mais plus j’évite les médicaments, mieux je me porte).
  • Zinc Solgar : je n’en ai pas l’utilité en ce moment, mais en ai pris pendant mon adolescence pour combattre des boutons et ça marche! Le zinc est magique pour la peau et les cheveux. (Tous les produits Solgar cités s’achètent en pharmacie).
  • Spiruline: une super algue pour une super santé et plein d’énergie! Riche en fer, en protéines, en anti-oxydants… Bref, j’en mets dans ma salade à chaque occasion. Je suis aussi une adepte de la laitue de mer en paillettes.
  • Le vinaigre de cidre: ma vinaigrette à moi, c’est huile d’olive + vinaigre de cidre. Il est riche en bien-faits: nettoie le système cellulaire, est immunostimulant et reminéralisant, apaise les maux gastriques et de gorge, régule la glycémie, etc.
  • Gallexier de chez Salus : j’ai fait ma première cure de 2 semaines (un flacon) cette année après les fêtes afin de detoxifier foie et vésicule biliaire et c’était bien, je me suis sentie en pleine forme juste après. Voilà à quoi ça ressemble, on en trouve en magasin bio.
  • Tisanes. Chaque matin je bois une tisane et généralement une autre pour le gouter. J’alterne les saveurs. La Camomille est ma préférée de loin: elle a des bien-faits sur les problèmes digestifs et problèmes de stress! Elle détend mais n’est pas la seule: tilleul, verveine et aubépine aussi. D’ailleurs une tisane avant d’aller se coucher, permet de mieux digérer, se détendre et trouver le sommeil plus facilement (déjà parlé dans mon article sur le sommeil). Tisane de feuilles de framboisier les dernières semaines de grossesse, et de fenouil pour l’allaitement. Bref, les tisanes doivent être considérées comme de véritables alliées, n’hésitez pas à chercher celle qui conviendra aux maux que vous souhaitez soulager. Personnellement je ne bois jamais de café ou chocolat chaud (beurk la composition des chocolats en poudre, même pour les enfants), et ai arrêté le thé, sauf thé vert à l’extérieur si pas de tisane disponible.
  • Laboratoires Le Stum. Alors j’en parle ici car c’est un laboratoire réputé à coté de chez moi en Bretagne mais c’est mon naturopathe de Paris qui m’en a parlé en premier. Sur leur site, plein de cures « naturelles » pour plusieurs maux : cardio-vasculaires, ostéo-articuleux, peau, mémoire, digestif, etc… A recommander aux personnes dans le besoin, (site web).


* COMMENT JE ME SENS ? *

En janvier dernier, une collègue photographe pendant la fashion week m’a demandé comme je faisais pour être si en forme avec une bonne mine (true story) malgré mon bébé et mes déplacements… Je m’en rappelle, on était en train de déjeuner, j’avais pris une omelette nature+ salade et elle une omelette jambon-fromage (déjà 3 protéines animale) + frites , je lui ai juste répondu : « je mange des fruits frais tous les matins, du pollen, et pas vraiment de trucs gras, pas de viande, c’est mon secret pour être moins fatiguée ». Eh oui les gars, l’alimentation est le secret! C’est elle qui m’a fait cogiter à écrire cet article + le fait que certains followers intagram me demandent la recette de ma salade de fruits quand j’en poste des photos.

Donc, je me sens… bien! J’ai la pêche (ceci est un jeu de mots)! Mon bébé vient d’avoir 13 mois, je l’allaite toujours, je n’ai eu besoin qu’une fois de faire une sieste en un an. Alors oui je suis carencée si je ne prends pas de B12 régulièrement mais comme je l’ai dit, je ne la fixe pas; et je suis en cure de fer car je n’ai pas remonté mon taux « naturellement » après ma grossesse. En dehors de cela, je n’ai plus mal au ventre, j’ai une belle peau hydratée et elle n’est plus grasse comme avant, je dors mieux et suis moins fatiguée de manière générale.
Je n’ai pas de frustration concernant la nourriture ou les boissons. J’ai arrêté beaucoup de trucs dégueulasses pour la santé et pourtant excellents au goût, mais j’ai tellement intégré en moi que c’était plein de cochonneries et que ces industriels ne pensaient qu’au profit que tout me dégoute finalement! Donc je ne me dis pas « je vais faire un écart en prenant un soda ou jus de fruits ce soir au bar » non, je prends une tisane car rien d’autre ne me donne envie, tout simplement! Et concernant l’alcool idem, aucun manque.
Est-ce que je me prive pour autant? NON! Je l’ai dit plus haut, je mange un gouter chaque jour par exemple. Si je suis chez moi, c’est généralement pain complet/confiture maison, si je suis à l’extérieur je m’achète un cookie ou un brownie « fait maison » (non je ne vais plus du tout dans les chaines type starbucks ou tout y est dégueu aussi). Et j’ai toujours une plaquette de chocolat chez moi mais extra noir +70 % (chocolat blanc et au lait sont mauvais pour la santé).
Est-ce que je calcule mes calories? Non pas du tout, mon poids est stable, j’aurais voulu grossir mais j’ai enfin compris que mon corps était comme ça. Par contre, la méthode France Guillain sert à retrouver son poids de forme, donc idéal pour les gens en surpoids souhaitant maigrir sans régime.
Est-ce que je suis heureuse? OUI je suis très heureuse! De bien manger, de bien me « nutrir » , d’apporter à mon corps ce dont il a besoin et de le chouchouter avec des produits sains et de saisons, et aussi heureuse de m’être libérée de l’emprise industrielle qui est tellement ancrée dans nos vies que ça en est « normal ». Sauf que non ce n’est pas normal d’accepter de se faire empoisonner.


* EN RÉSUMÉ *

Plus de produits bruts / moins (voire pas) d’industriels, plus de fruits et légumes, plus de cru, plus de cuisson à la vapeur, moins d’alcool, moins de viande (voire pas), plus de céréales complètes, plus de super aliments, et du bio!

Le secret? L’organisation et la curiosité! Faire une liste de courses, prendre le temps de cuisiner, surgeler, se renseigner sur les bienfaits d’une alimentations saines ou les effets d’une mauvaise alimentation, lire des livres, regarder des reportages, creuser…

Quelques reportages intéressants (et révoltants):
Le Sucre: « Sucre, le doux mensonge » par Arte /  « Sucre : comment l’industrie vous rend accroc » par Cash Investigation. Le lobbying dans toute sa splendeur dénoncé dans ces reportages. Oui ça fait peur. J’ai bien aimé le passage de Cash sur la conférence du diabète organisé par Kraft alors qu’ils vendent des gâteaux avec 40%/50% de sucre. Le sucre est partout, surtout dans les produits industriels sucrés comme salés. Il est un fléau responsable d’obésité, diabète, maladies cardio-vasculaires ou encore cancers, qui sont des sujets de santé publique.
Le Jeûne: « Le Jeûne: une nouvelle thérapie? » par Arte. J’ai adoré ce reportage, même si je crois malheureusement qu’avec mon petit poids, je ne pourrais jamais en faire. Ceci-dit je voulais vous le partager car il pourrait en inspirer certains; la fin du reportage parle notamment du jeûne comme grande aide aux séances de chimiothérapie.

J’espère que cet article vous aura intéressé et vous poussera peut-être à changer d’alimentation si ce n’est pas déjà fait. Avez-vous lu certains des livres que je cite? Quelles sont vos recettes et astuces santé? N’hésitez à partager vos questions et vos conseils en commentaires. Par contre les critiques non constructives comme quoi tout le monde n’a pas les moyens ou le temps, je n’adhère pas. Moins de produits industriels achetés = plus d’argent à mettre dans les produits bruts. Pour le temps, il doit se trouver en s’organisant ou prévoyant du temps le week end afin de préparer à l’avance ses plats. Le changement peut se faire progressivement, le but n’est pas de se rendre malheureux ou angoissé en changeant du tout au tout d’un coup, au contraire, il faut apprécier et intégrer ces nouvelles habitudes afin de les conserver. Encore une fois, je ne suis pas une professionnelle, je parle par expérience et n’ai même pas abordé tous les sujets énoncés dans ces livres cités alors si cela vous intéresse, lisez et renseignez-vous, lisez les étiquettes des produits, regardez ces reportages, et prenez le temps pour votre santé, on n’a qu’une vie.