Travel to the Philippines - Bacuit Archipel

Juillet 2016. L’été dernier, JC et moi sommes partis aux Philippines, 3 semaines à sac à dos. Si vous saviez la raison secrète du choix de cette destination, vous seriez déjà en train de sourire en vous demandant si je suis sérieuse. Le suspense est trop intense, mais je vous dévoilerai tout plus tard.

LA PRÉPARATION

Deux mois avant le départ, nous avons acheté nos billets d’avion Paris-Manille. Notre seul créneau à tous les deux était la dernière quinzaine de juillet + la première semaine d’août. Nous savions dès lors que ce serait le début de la saison des pluies, mais tant pis. Comme pour chaque gros voyage, j’achète mes billets sur Opodo, une vraie habitude. C’est pour moi le meilleur site offrant de bons deals quand on s’y prend un peu tard. Nous trouvons un vol AR à 510 euros avec Saudi Arabia Airlines comprenant une escale pas trop longue à Riyadh – à titre de comparaison, le billet était à 800 euros sur le site de la compagnie. On achète le Lonely Planet et le Petit Futé – on a trouvé que les deux se complétaient – et découvrons tellement de possibilités de destinations que nous sommes un peu perdus. Il faut faire des choix en amont: on note le Nord de Luzon avec les rizières de Batad et Banaue (à savoir qu’elles sont classées au patrimoine mondial de l’UNESCO), la région de Cebu/Bohol pour découvrir les Chocolate Hills et si possible l’ile de Malapascua et Camiguin avec ses volcans et pour finir l’ile de Palawan. Les 2 dernières destinations étant propices à la plongée et au snorkelling (possibilité de location du matériel sur place). Pour 3 petites semaines c’est chargé, mais nous sommes optimistes. Nous savons que c’est la basse saison là-bas et faisons le pari risqué de ne RIEN réserver à l’avance en hôtels, vols internes, activités… sauf la première nuit à Manille. Ce sera l’aventure en sac à dos, avec nos guides de voyage dans la poche. Et pour garder le chat à Paris? Nous avons prêté notre appartement à un ami qui prêtait lui même le sien à des amis; l’arrangement parfait afin de partir sereins.
Si nous connaissions l’Asie chacun de notre coté – JC ayant vécu 2 ans au Japon, moi je suis allée lui rendre visite plusieurs fois et j’avais déjà été en Inde et Népal – nous ne savions pas comment imaginer les Philippines. Finalement le pays n’est ni très pauvre, ni très riche même si évidemment les extrêmes existent et cohabitent. La vie est très abordable pour nous, occidentaux, et surtout le pays est safe pour les touristes.
Le premier conseil que je peux donner avec du recul c’est d’opter pour le sac à dos. J’étais super réticente au début, j’avais déjà sorti ma valise à roulettes par peur de ne pas être assez costaud pour supporter un sac à dos – et je suis du genre à me surcharger, je ne sais pas voyager léger – mais les avis et conseils de mon entourage et des blogs de voyage disaient tous la même chose. Ok. En plus du « gros » sac-à-dos, j’avais également un plus petit pour mon appareil photo et ordinateur.

Je pense qu’une petite liste d’indispensables de voyage (qui pourrait s’appliquer n’importe où en Asie du Sud/Sud-Est) peut être utile pour ceux qui ne sont jamais partis, sinon rendez-vous au paragraphe de dessous intitulé « Le Voyage » .
En Magasin de sport: le fameux sac à dos (on a choisi 40L), la housse de protection du sac à dos en cas de pluie, un sac à dos plus petit pour les randonnées, un petit oreiller de voyage, une serviette de bain extra fine, une moustiquaire de camping, petite sacoche type banane (super utile) et un adaptateur international.
En Pharmacie: un spray anti-moustique, 2 tubes de crème solaire (on a quand même cramé avec la 50, donc surtout prenez la plus haute protection), de la Biafine pour les coups de soleil et en tant que crème après soleil, une boite de doliprane, et en cas de problèmes de ventre: Smecta, Spasfon et Ercefuryl. Tout nous a servi à vrai dire. Pour nettoyer ma peau matin et soir, j’avais acheté une petite eau micellaire chez Mademoiselle Bio (Eau de Jonzac format 10 ml pour 2 euros) et prévu un paquet de coton.
Que choisir comme vêtements? Il fait lourd et humide mais il ne faut pas oublier qu’il faut aussi très froid dans les bus (clim à fond) et dans les avions. Pour 2 à 3 semaines: 3 ou 4 pantalons légers (oubliez le jean), 3 shorts, 6 ou 8 T shirts/débardeurs, 2 sweats légers ou cardigans (pour les transports climatisés et les soirées sur la plage pleine de moustiques), une paire de baskets (vieilles converses montantes pour moi, sans regrets), une paire de tongue sans valeur, une paire légère comme des espadrilles (utiles si les baskets sont trempées), évidemment 1 ou 2 maillots de bain, quelques robes de plages pour faire de jolies photos, un chapeau/casquette + lunettes de soleil, et pourquoi pas un poncho de pluie en plastique très léger et compacte.

Pour faire des photos, dur dur de choisir sans se surcharger. Je voulais absolument prendre un reflex, comme j’en ai plusieurs j’ai pris le plus léger (qui pèse quand même son poids), le 5D mark III avec comme seul objectif le 24-70mm qui est super versatile pour les voyages. L’appareil a une housse en caoutchouc comme une seconde peau qui protège des petits chocs, de la poussière et un peu de la pluie. C’était un très bon choix MAIS si j’avais eu mon hybride Fujifilm XT2 à l’époque, je l’aurais pris. Car le reflex est hyper fastidieux: lourd et encombrant et j’avais tout le temps peur qu’on me le vole ou que je laisse tomber. On avait également acheté une Go pro Hero 4 silver une semaine avant avec pour accessoires une carte micro SD 32 go + 1 batterie en plus de celle incluse dans le pack + une perche 30-90cm. La meilleure décision du monde! Pour le snorkelling c’est juste le top. Évidemment je ne voyage pas sans ordinateur… c’est une fâcheuse habitude mais j’aime bien vider mes cartes mémoire au fur et à mesure et partager mes photos un minimum retouchées le jour même; j’avais donc pris mon ultra léger MacBook Air 11’’. Si vous ne prenez pas d’ordinateur, prenez beaucoup de cartes mémoires (surtout pour la go pro). Sur place, à El Nido, j’ai acheté un sac étanche pour mettre mon appareil photo et aller faire du kayak sereinement. Beaucoup de magasins en proposent, surement moins chers qu’en France.

Petits plus utiles à savoir:
Deux applications à télécharger: GRAB et Booking.com. Grab nous a bien servi pour réserver un taxi (grab=uber en Asie) et booking aussi uniquement quand nous faisions une nuit d’escale à Manille entre chaque destination interne. Pour les hôtels en dehors de la capitale, nous avons suivi les recommandations des guides en fonction de notre budget (entre 20 et 30 euros par nuit).
Pas besoin de Visa avant de partir, il est donné à l’aéroport d’arrivée pour 30 jours maximum.
La monnaie est le Peso Philippin. 50 pesos = 1 euro. Le mieux pour un calcul mental rapide est de multiplier par 2 le montant en peso et d’enlever les 2 derniers 0 pour avoir le montant en euro; ex: 500 pesos = 10 euros (500 x2 = 1000, on enlève deux 0, cela donne 10)

LE VOYAGE

Pour résumer notre trajet, on va dire que prévoir à l’avance c’est bien mais sur place, les plans changent. Nous n’avons pas fait tout ce que nous avions marqué dans nos guides et c’est bien pour cela que nous ne regrettons pas d’être partis nez au vent sans réserver d’hôtels ni vols internes. Le montage vidéo ci dessus reprend tout ce que nous avons fait dans l’ordre. Nous avons donc commencé par les rizières en terrasse de Banaue et Batad dans le North Luzon, puis un séjour éclair à Bohol (farniente à Panglao Island et journée intense sur l’ile de Bohol à la découverte des Chocolate Hills et différentes activités touristiques), et finalement la 2e moitié du séjour à  Palawan, avec assez peu de temps à El Nido, puis une croisière Island Hoping au départ d’El Nido, comprenant 3 jours sur un bateau philippin (banka) privatisé avec équipage à bord et 2 nuits de camping dans l’archipel de Bacuit et pour finir deux jours à Coron (ile de Busuanga) où nous reprenions l’avion pour Manille. Chaque destination surlignée en gras aura son propre post où je détaillerai tout tout tout; où nous avons dormi, où nous avons mangé, ce que nous avons vu, comment nous nous sommes déplacés, comment nous avons fait pour louer une moto, etc… Il faut savoir que se déplacer aux Philippines prend beaucoup de temps; nous avons passé une journée entière dans le bus pour aller jusqu’aux rizières par exemple. Il faut donc prendre en compte que 2 journées rien que pour le transport sont nécessaires pour s’y rendre. Idem pour l’avion: aucun direct de Bohol à Palawan, il faut donc faire escale à Manille et compter le temps de 2 vols + escale; ça nous a mangé une journée. Pour aller de El Nido à Coron, il faut aussi compter 6 à 8 heures de bateau pas très confortable… Mais ça reste l’aventure! Du coup, on aura essayé tous les moyens de transport disponibles dans le pays, du bateau philippin à l’avion, au bus long courrier climatisé et avec internet à bord, en passant par le très coloré Jeepney (transport en commun en forme de Jeep d’une dizaine de places) et le tricycle (side car). Le pays est hyper religieux, c’est d’ailleurs un des pays les plus chrétiens dans le monde, on croise des églises partout et il n’est pas rare de voir un chapelet ou une statuette de la vierge dans un taxi et le plus surprenant, des slogans religieux ou passages de la Bible peints sur les tricycles et Jeepneys, tels que « Pray more, Worry Less ». Mis à part dans le North Luzon, nous avons loué moto ou scooter à Panglao Island, El Nido et Coron pour une demi journée ou journée à chaque fois. La location ne vaut pas grand chose et c’est juste le meilleur moyen de découvrir les environs, de s’éloigner des coins touristiques, et de voir la vraie vie!

Concernant Manille, on en a vu assez durant les petites escales. C’est une ville extrêmement grande, polluée, bouchée par le trafic et qui n’offre pas grand chose à voir. Le jour de notre arrivée, on a mis une heure en voiture pour faire 10km de l’aéroport à notre hôtel. Nous avions choisi un super hôtel 4* afin de nous reposer du voyage en avion et être prêts à attaquer notre périple sur une bonne forme. Sur booking, j’avais réservé le Grand City Garden Hotel (80 euros environ la nuit + 10 euros de petit déjeuner buffet) dans le quartier d’affaires et d’expatriés de Makaty, avec bar et piscine sur le toit au 32e étage (on voit la vue dès le 2e plan de la vidéo ci dessus). Nous sommes donc restés diner là et profiter de la vue sur la ville notre premier soir. Pour les autres nuits escales que nous avons passées à Manille, nous avons pris un hôtel d’affaires à côté de l’aéroport, le Green Sun, réservé une heure avant sur booking. Enfin, nous avons passé notre dernière soirée du séjour et demi journée à Manille. On a diné au Greenbelt, un énorme centre commercial de Makaty (des galettes au Café Breton (!) qui était recommandé dans le guide) et on a quand même voulu aller voir le centre historique de la ville lors de notre dernière matinée dans le pays. Mis à part le fait qu’on a mis 1h pour s’y rendre depuis Makaty (trafic…), on était tellement déçu qu’on est revenu au centre commercial de la vieille finir sur une touche de shopping.

C’est un voyage que nous avons adoré malgré une grosse déception à Bohol, notamment à cause du tourisme de masse peu respectueux de la nature mais je vous raconterai pourquoi en détail. C’est également un voyage qui nous a épuisé car nous n’avons pas arrêté un instant. Avec du recul, on aurait du faire seulement les rizières du Nord et Palawan, et prendre le temps de se poser un peu plus et profiter de journées repos à la plage. Malgré la saison des pluies, nous avons eu beau temps la plupart du séjour, mais ça restait un pari risqué. Dans les rizières du nord, on a eu très chaud, à Bohol nous avons eu beau temps, et à Palawan moitié beau moitié gris/averses mais toujours très lourd. Les averses sont courtes mais peuvent être fortes. L’avantage de cette basse saison est surtout qu’on trouvait de la place dans tous les hôtels où nous débarquions sans crier gare, et que l’on pouvait se permettre de négocier un peu les prix ou du moins essayer. Je ne suis pas sure que cela soit possible de ne rien réserver en haute saison, alors prudence. En comprenant tout tout tout, avion aller-retour Paris-Manille, vols internes (Manille-Bohol, Bohol-Manille-Palawan, Palawan-Manille), trajets diverses, hôtels, restaurants, activités, et privatisation d’un bateau pour 3 jours avec équipage à bord, nous en avons eu pour un peu plus de 2000 euros par personne sans se priver. Et ça vaut le coup! Par contre, je ne pense pas que les Philippines soient la destination idéale pour juste faire de la plage; c’est plutôt une destination de baroudeurs et également de plongeurs! Par exemple, quand je parlais à des amis avant le voyage que nous avions prévu d’aller jusqu’aux rizières, on me disait qu’il y en avait aussi en Indonésie et d’autres pays d’Asie et qu’il valait mieux se concentrer sur les îles. Eh bien c’est SANS REGRETS que nous y sommes allés car même si le trajet en bus est hyper long, les paysages sont à couper le souffle et on comprend pourquoi elles sont classées au patrimoine mondial (elles ont 2000 ans!); ce fut une de nos plus belles journées du séjour d’ailleurs, et j’en parlerai dès le prochain post.

Travel to the Philippines - North LuzonTravel to the Philippines - Panglao IslandTravel to the Philippines - El NidoTravel to the Philippines - BoholTravel to the Philippines - Bacuit ArchipelTravel to the Philippines - North LuzonTravel to the Philippines - Bacuit ArchipelTravel to the Philippines - Manille
Prochain article: Les Rizières en terrasse du North Luzon.

Enregistrer

Enregistrer