Travel to the Philippines - Archipel de Bacuit, Palawan.

Juillet 2016. Voici venue la troisième et dernière destination de notre voyage aux Philippines: Palawan. La plus intense, la plus riche, la plus wow. On avait vraiment gardé le meilleur pour la fin. Palawan est une grande région située au sud-ouest du pays; elle est surtout connue pour sa destination phare, El Nido dans l’archipel de Bacuit. Mais pas que… Roxas, Port Barton, Corong Corong, et même les îles de Busuanga et de Coron en font partie (connues pour les épaves de bateaux japonais datant de la seconde guerre mondiale où il est possible de plonger). Pour résumer, nous avons passé une semaine en tout à Palawan, en atterrissant à Puerto Princesa et en repartant à Manille depuis Busuanga située sur l’ile de Busuanga: une journée pleine à El Nido avec excursion en moto à Nacpan Beach, trois jours de croisière type Island Hopping dans l’Archipel de Bacuit au départ d’El Nido sur un petit bateau privatisé avec équipage à bord, puis nous avons pris le gros bateau jusqu’à Coron sur l’île de Busuanga où nous sommes restés 2 jours. Coron la ville est sur Busuanga Island; c’est à différencier de Coron Island qui est juste à coté de Busuanga Island (oui oui c’est compliqué).

Le premier conseil que je veux donner c’est d’essayer de ne pas atterrir à Puerto Princesa le soir si vous souhaitez aller à El Nido directement. Il y a encore 6h de van après pour y aller et pour trouver un hôtel au milieu de la nuit, c’est toute une aventure (que l’on a vécue). Donc, nous avons atterri dans le petit aéroport de Puerto Princesa à 19h. Pas de point d’information d’ouvert, mais on essaye déjà de nous vendre des « Tours » touristiques: « Tour A », « Tour B », « Tour C », « Tour D ». AH NON! Je suis encore traumatisée de l’expérience à Bohol, qu’on ne me parle pas tout de suite de tours touristiques. Surtout que l’on n’est pas encore à El Nido, que l’on ne sait absolument pas à quoi correspondent ces tours (c’est le 2e conseil: achetez vos tours une fois sur place à El Nido) et que la priorité est de trouver un transport pour aller à El Nido ce soir. Il fait déjà nuit noire et nous sommes un peu perdus. Nous cherchons les vans pour El Nido devant l’aéroport, et sommes abordés et carrément harponnés par des chauffeurs dont un qui nous informe avoir un van près à partir avec 4 personnes qui nous attendent. Le prix est celui annoncé dans les guides : 500 pesos (10 euros) par personne. Arrivés près du van, un russe nous y attend. On monte dans un van vide qui nous dépose à 5min de là devant un restaurant. Le russe nous baratine « les autres passagers arrivent dans 5min » pendant qu’il nous présente les Tours possibles à El Nido. Ce n’est pas une arnaque, mais juste une entourloupe pour gagner du temps afin de nous vendre ses tours. Nous ne décidons rien, de toute façon on n’aime pas être pris de court mais au moins on comprend mieux cette histoire de « tours ». Chaque jour, des bateaux, chacun avec 10 touristes à bord, se rendent dans l’archipel de Bacuit pour visiter les différents lieux importants, et il y a 4 tours au choix, dont le prix varie entre 1200 et 1400 pesos (24 – 28 euros). Finalement on est resté dans ce restaurant près d’une heure; la bonne chose a été de pouvoir grignoter un peu. Le van revient complet, et nous partons enfin. 6h plus tard, nous arrivons sur un parking à l’entrée d’El Nido où nous attendent des tricycles. Nous n’avons pas réservé d’hôtel et ne savons pas où aller; il est 2h du matin. Le chauffeur du tricycle nous dépose devant un hôtel qu’il connait mais que ne trouvons trop cher pour une moitié de nuit, puis devant un autre que nous trouvons encore trop cher. Là, il perd patience, alors on lui dit qu’on trouvera tous seuls. Nous voilà seuls au milieu de cette petite ville que nous ne connaissons pas, chargés de nos sacs à dos, à la recherche d’un hôtel. Toutes les réceptions sont fermées, alors nous sommes contraints de revenir vers le premier hôtel (on avait l’air malin!). La nuit est courte et la chambre pleine d’insectes. Mais heureusement, le soleil du lendemain matin nous redonne de l’énergie et nous nous empressons de quitter cet hôtel miteux après un petit déjeuner ceci-dit correct. En descendant la route principale on repère le nom d’un petit hôtel de bord de mer recommandé dans les guides: le Chislyk! Pour 1300 pesos (26 euros), nous avons un petit bungalow avec vue sur la mer mais sans eau chaude. Nous découvrons enfin El Nido, une petite ville très charmante avec beaucoup de commerces et restaurants tournés vers le tourisme, des bars sur la plage. Ce n’est pas une ville qui a de l’intérêt en soit, elle est connue car tous les « tours » partent de là pour découvrir l’archipel de Bacuit que l’on aperçoit depuis la plage. Mais nous sommes charmés. On respire, pas de tourisme de masse comme à Bohol, pas de harcèlement envers les touristes, l’ambiance est tout simplement bonne.

Travel to the Philippines - El Nido, Palawan.Travel to the Philippines - El Nido, PalawanTravel to the Philippines - El Nido, Palawan.Travel to the Philippines - El Nido, Palawan.

Nous nous intéressons aux agences de tours touristiques qui proposent des tours un peu plus originaux que Tours A,B,C et D qui se font chacun sur une journée. On s’arrête d’abord à « Philippines à la carte« , une agence française, qui nous propose un tour de 3 jours et 2 nuits (en camping sur iles désertes) pour 14000 pesos (280 euros) par personne avec départ le lendemain sur un bateau philippin avec 4 membres d’équipage, tente quechua/kayak/masque/tubas/internet en rooter à bord, et repas inclus. On est clairement charmé mais on veut comparer avec une autre agence recommandée pour ne pas s’emballer tout de suite. On fonce à l’agence Tao Philippines qui  propose: 5J/4N pour 25000 pesos (500 euros) par personne une croisière de El Nido à Coron avec un petit groupe à bord; mais le bateau était parti le matin-même donc il fallait payer le transfert pour le rejoindre le lendemain. Trop cher, trop compliqué, on revient sur notre coup de cœur pour Philippines à la carte. Les deux hôtesses philippines sont adorables. En plus de la croisière, on achète chez eux nos billets pour Coron (Busuanga Island) dont le départ sera au retour de notre croisière, et nos billets d’avion de Busuanga-Manille. Comme on a vite fait le tour d’El Nido, nous louons en plus chez eux une moto pour cette demi-journée de temps libre (pour 400 pesos / 8 euros). Bref, c’est une agence super top qui propose de nombreux services (même les tours sur une journée hein!). Avant de partir à la découverte de Palawan, nous déjeunons à l’Art Café, un restaurant occidental en mezzanine toujours bondé de touristes, mais très abordable et avec une bonne ambiance. En fin de compte, on aura fait tous nos repas d’El Nido à cet endroit. Et là c’est flagrant, rien à voir avec Bohol, les touristes à El Nido sont occidentaux, la trentaine, cool, comme nous en fait. Avec la moto, nous partons vers la plage de Nacpan accessible en une bonne demi heure de route. Une superbe route d’ailleurs qui traverse des villages, des rizières. On profite du paysage, des sourires des enfants qui jouent au bord de la route, des buffles qui mangent dans les rizières… On demande plusieurs fois notre chemin et tout le monde nous aide volontiers. Il n’y a quasiment pas de circulation, c’est donc très safe de conduire une moto là-bas et ça vaut la peine. La plage est accessible après affranchissement de 50 pesos (1 euro) par personne. Elle est immense et très belle même si le ciel est couvert, et elle abrite un village de pêcheurs! Je suis sous le charme. (On peut aussi y aller en tricycle si vous ne voulez pas louer de moto).

Travel to the Philippines - El Nido, Palawan.Travel to the Philippines - Nacpan Beach, Palawan.Travel to the Philippines - Nacpan Beach, Palawan.Travel to the Philippines - Nacpan Beach, Palawan.Travel to the Philippines - Nacpan Beach, Palawan.Travel to the Philippines - Nacpan Beach, Palawan.

C’est le jour du départ en croisière dans l’Archipel de Bacuit, notre grand bateau rouge nous attend! Avec à bord, notre guide et cuisinier Abel, le capitaine Gerry et les deux coéquipiers Nick et Romeo. Ils ont tous 25 ans sauf Gerry qui est plus âgé, et sont vraiment très sympas. Pour 3 jours et 2 nuits, au programme: les visites des tours A, B, C (mais pas aux heures de pointe!) et nuits en tente sur les plages d’îles désertes. C’est tellement génial d’avoir un kayak 2-places à bord, on a déjà hâte d’en faire. Nous alternons visites de lagoons et plages secrètes, farniente sur plages, snorkelling, et kayak… Nous faisons notamment du kayak dans le Small Lagoon et le Big Lagoon, découvrons le Secret Lagoon accessible par une petite ouverture dans la roche, mais également les Secret et Hidden beaches. Nous découvrons également Shimizu Island, 7 Commando Beach, Snake Island, et Helicopter Island. Les îles et leurs falaises à pic forment le paysage environnant. L’eau est transparente, même avec 3 à 5 m de fond. On nage parmi les poissons qui n’ont pas peur. Ils sont de toutes les couleurs. Les étoiles de mer sont grandes et bleues flashies. Bref, on en prend plein les yeux. Personnellement, je garde le gilet de sauvetage pour le snorkelling car nager (enfin, faire du sur place pendant 30min) sans avoir pieds m’épuise énormément. Et puis on n’a pas le droit de s’appuyer sur les coraux déjà très fragilisés; c’est là qu’on se rend compte que les fonds marins sont « malades ». Abel nous prépare nos repas et nous mangeons à bord du bateau le midi et sur la plage matin et soir. Pour le petit déjeuner, c’est pancake, pain de mie, riz, omelette et fruits (banane, pastèque et ananas). Pour le déjeuner et dîner c’est salade de concombres et tomates, poisson grillé, crevettes, riz, légumes, et fruits. Plus les repas avancent, plus les quantités augmentent. Nous ne sommes que deux mais nous avons à manger pour quatre. L’équipe ne mange pas avec nous. Quand nous arrivons en fin de journée (vers 17h) sur notre lieu de camp, Nick monte notre tente pendant que Romeo prépare notre table avec des torches de pétrole autour. Nick et Abel dorment dans une tente à côté, Romeo et Gerry sur le bateau dans des hamacs. Le soir, nous avons le temps de nous baigner et de nous doucher ensuite grâce à la douche de camp (poche d’eau de 20L qui chauffe la journée avec le soleil) pendant qu’ils préparent le dîner et installent les tentes. Après le dîner, nous jouons aux cartes tous ensemble.

Nous avons adoré cette expérience et ne la regrettons absolument pas, elle vaut vraiment le coup et son coût. Nous avons vu les mêmes choses que les autres touristes faisant les tours journaliers sur des bateaux de 10 passagers sauf que nous arrivions aux endroits avant ou après eux et pouvions en profiter seuls en parfaite connexion avec la nature. Parfois quand nous partions d’un endroit, nous croisons 3 à 6 bateaux de 10 passagers qui arrivaient en même temps, je pense que le sentiment de seuls au monde n’était pas là pour eux (#sourirenarquois). Une grande chance d’avoir un kayak à bord, sinon il faut en louer un dans les Small et Big Lagoons. Idem pour les masques et tubas. Et puis, faire du camping dans un décor idyllique, se réveiller avec les rayons du soleil, petit-déjeuner face à la mer… Ça créé des souvenirs uniques. La crew était très sympa et très serviable, également super respectueuse de leur nature: Romeo a nettoyé une plage où nous sommes arrêtés pendant que nous nous baignons. Il a fait beau temps en général même si le temps s’est couvert chaque après midi et nous avons pris deux averses pendant la journée mais pas pendant la nuit (saison des pluies…). Nous sommes revenus à El Nido le 3e jour en fin d’après-midi, cramés (même avec de la crème 50) et bouffés par les moustiques (car la nuit, c’était au choix: mourir de chaud la tente fermée, ou être à la portée des moustiques la tente ouverte mais à température acceptable) mais avec de beaux souvenirs plein la tête. Pour notre dernière nuit à El Nido, nous sommes retournés dormir au Chislyk: pas de bungalow sur la plage cette fois mais une petite chambre moderne dans la rue derrière (1000 pesos la nuit / 20 euros).

Travel to the Philippines - Archipel de Bacuit, Palawan.Travel to the Philippines - Archipel de Bacuit, Palawan.Travel to the Philippines - Archipel de Bacuit, Palawan.Travel to the Philippines - Archipel de Bacuit, Palawan.Travel to the Philippines - Bacuit ArchipelTravel to the Philippines - Bacuit ArchipelTravel to the Philippines - Archipel de Bacuit, Palawan.Travel to the Philippines - Archipel de Bacuit, Palawan.Travel to the Philippines - Archipel de Bacuit, Palawan.Travel to the Philippines - Bacuit ArchipelTravel to the Philippines - Archipel de Bacuit, Palawan.Travel to the Philippines - Archipel de Bacuit, Palawan.Travel to the Philippines - Archipel de Bacuit, Palawan.

Pas de répits, le bateau pour Coron (île de Busuanga) part à 8h30. Nous arrivons à la gare Maritime à 8h et il faut encore payer des terminal fees (20 pesos par personne). On nous demande de mettre nos sacs près de la porte pour « inspection ». Un militaire arrive avec un chien renifleur de drogues. Évidemment, on n’en a pas mais je suis toujours inquiète que quelqu’un nous mette des trucs dans nos sacs sans qu’on s’en rende compte (oui j’ai trop regardé Bridget Jones) et je ne peux m’empêcher de penser à tous les articles de presse sur le nouveau président qui fait tuer les trafiquants et consommateurs de drogue. Bon ok, je m’emballe un peu dans ma tête à ce moment là. RAS, nous reprenons nos sacs et montons à bord du bateau où il n’y a quasiment que des occidentaux. Le trajet est long, 6h (nous avons de la chance car il peut être plus long suivant la météo) et très inconfortable. On nous sert un lunch à bord : riz, légumes vapeur, et une banane. Arrivés à Coron, nous sommes interpellés par les tricycles, mais nous ne savons pas où aller, alors nous nous isolons un peu pour regarder les hôtels recommandés dans les guides. Nous choisissons le Krystal; 20 pesos par personne en tricycle pour y aller. Le chauffeur nous laisse sur la rue principale et nous indique un petit chemin à suivre pour atteindre le Krystal. Ce petit chemin passe parmi des maisons des habitants, on se sent un peu intrusifs, mains en moins de 5 min nous arrivons au Krystal dont nous sommes séduits par le concept : entièrement sur pilotis, pas du tout luxueux. La salle commune, ouverte sur la mer, est charmante avec un mobilier entièrement en bois. La tenante des lieux nous indique qu’il ne reste qu’une chambre, elle est petite, sombre, avec un ventilo, toilettes et douche sont en face. 600 pesos (12 euros) par nuit, nous y resterons deux. Il est déjà presque 17h, nous décidons alors d’aller vers l’office du tourisme… Qui est abandonné. Bon, et bien ce sera diner et coucher de soleil sur le port pour ce soir-là. La ville n’est pas touristique, c’est très roots d’un coup mais c’est aussi ça la richesse d’un voyage. Oui il y a des boutiques pour touristes et la vente de brevets de plongée mais c’est tout. Comme je le disais tout au début, c’est à partir de cette ile que l’on peut aller plonger dans des épaves de la WW2. On croise d’ailleurs très peu de touristes dans la ville, mais c’est bien aussi, on voit la vraie vie. Nous rentrons tôt à l’hôtel en regardant les prix de location de moto sur la route, et ça tombe bien, il y a une petite boutique de location devant le chemin de l’hôtel: 500 pesos (10 euros) pour 12h. Parfait car nous on ne plonge pas, donc on ira découvrir l’île de Busuanga.

Travel to the Philippines - Coron, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Coron, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Krystal Hotel, Busuanga IslandTravel to the Philippines - Coron, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Coron, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Coron, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Coron, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Coron, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Coron, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Coron, Busuanga Island.

Le lendemain, nous louons la moto – le gérant nous remet en même temps une carte de l’ile dessinée à la main – et nous partons en direction des sources chaudes de Maquinit. La route est presque déserte dès que nous sortons de Coron. Nous traversons quelques villages puis la route bétonnée devient terre battue. On se demande si on est dans la bonne direction mais en même temps nous savons qu’il n’y qu’une route. En 20min nous arrivons aux sources; 200 pesos (4 euros) par personne pour rentrer. L’eau est trop chaude pour moi mais le décor est sympa, on est seuls en plus dans le grand bassin! En partant, nous demandons à l’accueil où se trouve le site de snorkelling « Siete Pecados » recommandé dans les guides et dont la carte indique la proximité avec les sources. Elle nous indique un petit chemin à suivre, en 5min à pieds on y serait. En effet, nous arrivons vite dans un village de pêcheurs. Les coqs chantent, les enfants jouent la rue, des hommes repeignent des bateaux. Un jeune homme nous demande ce que nous cherchons car à part les habitants, il n’y a personne! Nous lui indiquons que nous souhaitons faire du snorkelling. Il nous guide vers le bord de l’eau où il demande à un pêcheur de nous conduire au large, il nous procure deux masques et tuba au passage. Il s’appelle Wizard et a 32 ans; c’est son jour de congés ce jour-là, sinon il est moniteur de plongée dans les épaves justement. Le pêcheur nous prend sur son petit bateau après avoir négocié un prix: 500 pesos (10 euros) en tout comprenant la traversée et la taxe environnementale, Siete Pecados étant une réserve. Il rame et donne l’autre rame à JC, et moi? Je les regarde bosser :). Nous arrivons à un premier spot. Les coraux sont sublimes, nous avions lu dans le guide que les récifs étaient plus colorés là et c’est vrai; il s’agit d’une petite baie protégée et à l’abri. Les coraux sont bleus et verts. Les poissons nagent avec nous sans peur. Habituée à El Nido à faire du snorkelling avec un gilet de sauvetage, ici je fatigue vite, il n’y a pas d’endroit où poser pied. Le pêcheur nous emmène vers un autre spot où JC verra une grosse tortue de mer. Il commence à pleuvoir et nous rentrons au petit port. Nous passons rendre les masques à Wizard qui nous raconte avoir été  ingénieur automobile à Manille mais que la vie était trop compliquée là-bas. Il est revenu sur l’île de Busuanga dont il est originaire et vit « a simple Life » ici où il a appris la plongée. Nous reprenons la moto et continuons notre route de terre battue. Une énorme averse s’abat sur nous, alors nous arrêtons la moto près d’un abri en bambou, lui même dans un petit village d’une dizaine de maisons sur-élevées. Une femme vient chercher des caisses sous l’abri sans rien nous dire. Elle sourit. Nous sommes clairement en violation de propriété privée mais on ne nous dit rien. L’averse se calme au bout d’un quart d’heure. Les poules, abritées sous la maison sur-élevée à côté de nous, sortent. On pense que c’est le moment pour nous de sortir aussi et reprendre la route. Celle-ci est un peu plus glissante mais toujours aussi belle dans une végétation verdoyante et dense. Les maisons se perdent dans les bananiers. Nous rentrons à Coron par une autre route qui nous fait passer au pied du Mont Tapyas, une énorme colline qui surplombe la ville. Nous montons les nombreuses marches pour accéder au point de vue sur la ville et les collines. Une fois de retour en bas, nous reprenons la route vers l’autre côté de la ville. La route est bétonnée cette fois, c’est la sortie des écoles. Les enfants marchent le long de la route et nous saluent. Les villages sont parsemés dans les rizières, on en prend vraiment plein les yeux. Nous faisons demi-tour avant la nuit. Une fois la moto rendue et les vêtements changés car nous étions trempés avec le snorkeling suivi de l’averse, nous sommes allés dîner à la Sirenetta, sur pilotis. Très occidental (dans le choix et les prix) et très bon. Nous avons partagé une soupe de citrouille à la noix de coco avec des tranches de pyta, puis avons pris chacun un plat de pâtes au crevettes et citron. 1000 pesos en tout (20 euros). C’était une excellente journée, heureusement que nous avons loué une moto (heureusement que JC sait conduire une moto). L’ile de Coron où n’avons pas eu le temps d’aller mais elle est vraiment à coté, est connue pour ses beaux spots de plongée et de snorkelling (et des resorts de rêve); c’est à faire si vous avez le temps et dans le coin, il parait que c’est magnifique!

Travel to the Philippines - Busuanga IslandTravel to the Philippines - Maquinit hot springs, Busuanga IslandTravel to the Philippines - Siete Pecados, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Siete Pecados, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Siete Pecados, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Busuanga IslandTravel to the Philippines - Busuanga IslandTravel to the Philippines - Busuanga IslandTravel to the Philippines - Busuanga Island

Le check-out au Krystal étant à 11h et notre van pour l’aéroport à 11h30 (commandé via la gérante de l’hôtel), nous avons le temps d’aller faire un tour au marché près du port. D’un côté la partie viande et poissons et de l’autre les fruits. Les animaux sont tués sur place. L’odeur est forte et la vue pas vraiment appétissante, pour faire de l’air et disperser les mouches sur les viandes et poissons, de petits ventilateurs tournant de vieux chiffons sont alignés sur les stands. Nous filons dans la partie fruits et y achetons des bananes en guise de petit déjeuner, tout en caressant les chats du marché. Nous revenons vers l’hôtel pour prendre nos sacs et attendre notre transfert pour l’aéroport à 11h30. Dans le van nous faisons la connaissance de Marjorie, une française de 34 ans, qui voyage en Asie depuis 1 an et demi. Elle finit son séjour aux Philippines après un mois et demi ici avant de rejoindre la Malaisie. Nous passons près de 2h ensemble entre le van et l’attente à l’aéroport (encore 100 pesos de taxe de terminal par personne). Bref, nous aussi on veut faire un tour du monde. Nous embarquons dans un petit avion à réacteurs pour Manille; le vol dure un peu plus d’une demi heure, avec Sky Jet. Et voilà! Ca sent la fin et pourtant il nous reste encore 3 jours aux Philippines, afin de profiter de la vraie raison pour laquelle on est venu (je garde encore le suspense). A suivre…

Travel to the Philippines - Coron, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Coron, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Coron, Busuanga Island.Travel to the Philippines - Coron, Busuanga Island.

Articles précédents: Notre voyage aux Philippines, l’introduction, les grandes lignes, des conseils et une vidéo du séjour, les Rizières en Terrasses de Banaue et Batad & Bohol et Panglao Island.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer