Tokyo, Japan

Novembre 2012. Je suis partie au Japon sur un coup de tête ; ou plutôt un coup de cœur, mon copain étant fraichement installé dans ce pays pour son travail. Il y a une quinzaine de jours, après avoir eu la confirmation que je commençais à travailler en Janvier à Paris, j’ai checké le prix des billets d’avion pour Tokyo sur Opodo (le comparateur de prix de billets que j’utilise pour tous les longs courriers) : pour moins de 500euros j’ai un AR avec Aeroflot pour la semaine qui suit. Aeroflot, la compagnie russe dont tout le monde a des aprioris (et donc moi aussi), ne me disait vraiment rien. Mais pour le prix, et pour la courte escale de 2h à Moscou, fallait prendre sur soi. J’achète. Le jour J est arrivé – vendredi dernier. Après 15h de voyage et +8h de décalage horaire, je suis arrivée à Tokyo. Hyper séduite par Aeroflot dont j’ai préféré le service en comparant à Air France, super en forme car l’avion n’était pas plein et tous les passagers avaient au moins 2 sièges pour eux (trop cool pour dormir), et impressionnée par la gentillesse et politesse du personnel de sécurité/contrôle de passeport à Tokyo – ça change de ce que j’ai pu voir en France ou USA !!! A part les quelques désagréments de la vie extrêmement chère et de la nourriture japonaise que je n’aime pas du tout, Tokyo est une ville hyper dynamique mais également très fatigante. Les distances sont grandes, et le surpeuplement est étouffant. . Une belle surprise ceci-dit, la ville est très safe (ex: les japonais posent leur porte portable sur une table au starbuks pendant qu’ils passent commande, ou encore, ils mettent leurs sacs sur les porte bagage au dessus d’eux dans le métro et s’endorment sans imaginer un instant que le sac ait disparu au réveil) et les rues et métros très propres! (pourtant je n’ai pas vu de poubelles dans la rue et c’est plutôt embêtant car j’ai du trimballer les déchets de mon pic nic toute la journée).  Je suis allée dans les quartiers d’Asakusa, de Shibuya, Shinjuku, Akihabara, et dans le parc de Yoyogi. Mon premier street style est une femme en Kimono !

Tokyo, Japan

Asakusa: le premier quartier que j’ai visité, avec des temples, et cette grande tour que l’on aperçoit, la Sky Tree. On peut y monter, mais la queue était si énorme que j’ai renoncé. C’est en tout cas dans ce quartier, que j’ai vu des poissons bizarres, et que je suis allée dans des salles de jeux bondées de jeunes (oui c’est comme dans les films).

Tokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, Japan

– Yoyogi Park: Je voulais absolument y aller pour voir le groupe Rockabilly de Tokyo qui s’y retrouve chaque dimanche et dont j’avais vu des photos sur le blog Hello-Japan. Hyper déçue, rien à voir avec les photos de Hello-Japan. Mais le parc était magnifique en cette saison d’automne, et j’ai pu voir plein de groupes de jeunes préparer des chorégraphies (?!) et un petit parc dans le parc rien que pour laisser son chien jouer avec les autres chiens (entrée payante). D’ailleurs, il n’est pas rare de voir des chiens se faire promener… en poussette.

Tokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, Japan

Meiji Shrine: Juste à côté du Yoyogi park. Il s’agit d’un temple où je me suis rendue un dimanche pendant environ une heure durant laquelle j’ai vu plein de choses nouvelles et surprenantes. Déjà à l’entrée, le panneau qui interdit les chats. J’ai ri. Bon, je passe sous le porche, il faut marcher un peu. Sur le chemin, il y a un grand mur de barils de Saké, ce sont des offrandes. Plus loin, on arrive à une petite fontaine, il faut s’y laver les mains.Et là, on est devant le temple. Plein d’enfants en kimono. En photographiant une maman et ses deux filles, j’ai pu profiter du fait qu’elle parlait anglais pour lui demander pourquoi elles portent le kimono ce jour là? Ses filles viennent d’avoir 3 et 7 ans, et pour respecter la tradition, elles viennent au temple une médaille autour du cou pour remercier Dieu de les avoir fait grandir en bonne santé jusqu’à ces ages là. Ce petit pèlerinage au temple ne se fait que pour les 3 et 7 ans des filles, et les 5 ans des garçons. J’ai adoré. Les kimonos sont magnifiques avec toutes ces couleurs. Et puis tout à coup, tout le monde s’écarte, silence sur la place du temple… c’est un mariage! Les mariés en tenue traditionnelle sont protégés par une grande ombrelle rouge. Précédés par le  prêtre, ils défilent dans la cour suivis de leurs invités… Donc un conseil: allez-y un week-end pour voir tout ça!

Tokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, Japan

– Shibuya et Harajuku: deux quartiers proches où la mode est omniprésente! C’est à Harajuku qu’on croise notamment des lolitas. Et j’avais une pression folle de mon copain dès le début de mon séjour « si tu ne photographies pas une nana comme ça, tu n’auras rien photographié de Tokyo » et l’étonnement de mes amis à Paris en leur montrant cette photo « y’a vraiment des filles qui sortent comme ça dans la rue au Japon? », ce style Lolita fait parler. Oui, beaucoup de japonaises (surtout à Harajuku) sortent comme ça dans la rue, avec fierté! C’est un style adopté là-bas. Forcément, les seuls regards étonnés tournés vers elles sont ceux des touristes; vous savez, c’est un regard avec un air niais et subjugué et une envie soudaine de prendre une photo. Ce type de robe coute entre 200 et 400 euros, puis il faut rajouter les accessoires qui ne sont pas donnés non plus… un style avec un sacré budget donc.

Tokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, Japan

Akihabara: quartier que l’on surnomme la ville électrique… une rue sombre à la sortie du métro, on traverse la rivière et paf! plein d’écrans, de lumières, on en prend plein les yeux! les boutiques vendent de l’électronique, du matériel informatique et gadgets de geek.

Tokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, JapanTokyo, Japan